Interview avec Thibaud Vezirian : « On n’est pas sur C8 pour parler 4-4-2 ! »

THIBAUD VEZIRIAN

THIBAUD VEZIRIAN

Thibaud Vezirian est un chroniqueur dans Touche pas à mon sport. Fan de sport, de web et de télé, on fait le tour avec lui sur sa carrière, l’émission Touche pas à mon sport et la Ligue 1.

Voici l’interview DirectNews avec Thibaud Vezirian :

Avant d’être sur C8, vous étiez sur TF1. Pourquoi avoir choisi de rejoindre C8 ?

J’ai travaillé près de 9 ans dans le groupe TF1, à l’antenne au quotidien sur LCI (LCI est @ Vous, L’Oeil du Web et le ZapNet) et en hebdo sur TF1 (L’Affiche de la Semaine). Dès mon arrivée, j’ai travaillé sur les toutes premières émissions d’actu vu du web, un JT par jour, traitant des infos les plus sérieuses aux plus drôles. Tout ce qui fait cliquer, tout ce que les gens se partagent le plus.

On a développé ça petit à petit, avec une équipe jeune, dynamique et motivée, en étant les premiers sur l’info (mort de Michael Jackson, mort de Nelson Mandela, Printemps arabe, et j’en passe), en étant les premiers à faire venir à la TV les YouTubeurs et les artistes qui se sont lancés grâce au web (Rémi Gaillard, Palma Show, Norman, 1995, Orelsan, Jhon Rachid, etc). Ce fut une excellente expérience, très enrichissante, qui m’a permis de grandir en même temps que les géants du web, Facebook, Twitter, etc.

Quand Estelle Denis m’a proposé de l’accompagner sur C8 pour lancer l’émission Touche Pas à Mon Sport en novembre 2015, je ne connaissais pas encore l’avenir d’LCI, c’était une très belle opportunité. Une quotidienne, de sport (je baigne là-dedans depuis tout petit, -sport études football-), à un créneau de grande écoute, sur une chaine d’avenir, il fallait foncer !

 

Quel est votre rôle dans « Touche pas à mon sport » ? 

Après m’être occupé de la chronique de fin d’émission -#Thibaud- pendant plusieurs mois, un condensé des meilleures images sport dénichées sur des sites du monde entier, je suis depuis mai à la table des chroniqueurs pendant toute l’émission. J’apporte mes infos, je donne l’humeur des internautes sur chaque thème de l’émission, je diffuse également les réactions en direct via une tablette devant moi et j’essaye de mettre en avant les sportifs amateurs, à travers leurs exploits en vidéo.

 

La saison dernière, Touche pas à mon sport était en quotidienne. Cette année, l’émission passe en hebdo. Pourquoi ce changement ?

C’est un changement qui nous permet de mieux coller à l’actualité sportive, particulièrement forte le week-end. On se retrouve au cœur de l’actu, et on aime ça. L’an dernier, en quotidienne, on avait en ligne de mire l’Euro 2016. Les programmes s’adaptent à l’actu, c’est logique.

 

Cela change quelque chose pour vous ? 

Ça change beaucoup de choses, en effet. Une quotidienne, c’est un rythme effréné, une pression quotidienne, une adrénaline. Une hebdo, on peut se poser pour réfléchir aux meilleurs angles, aux meilleurs thèmes, caler de bons tournages, peaufiner le montage. Aujourd’hui, je travaille avec Estelle Denis et les équipes sur l’élaboration de TPMS, je m’occupe de mes interventions dans l’émission, et j’effectue aussi toute la semaine une veille web très active pour que les équipes de TPMP ne ratent aucune des images les plus partagées sur les réseaux sociaux. Afin que Cyril Hanouna puisse diffuser les dernières nouveautés et derniers phénomènes web (je n’aime pas trop le mot « buzz » !). Bref, semaine chargée, mais qui me laisse quand même du temps pour avancer sur d’autres projets et prendre part à divers événements. Comme le Paris Drone Festival, sur les Champs Elysées, début septembre. Première course de drones au monde à s’être tenue dans le centre d’une capitale, c’était fantastique d’animer le show pendant 4 heures devant plus de 100 000 personnes.

 

On va rentrer dans les coulisses avec vous, pouvez-vous nous expliquer comment vous préparez l’émission avec Estelle Denis ?

On suit assidument et passionnément l’actualité sportive toute la semaine, on ne rate rien, on imagine les débats possibles, on cale des tournages pour dynamiser l’émission. Sur l’éditorial, c’est une collaboration permanente avec Estelle, le rédacteur en chef, le directeur artistique et le producteur. Il faut imaginer toutes les animations, les images, les rubriques, les coups de gueule. Le vendredi, le conducteur est bien avancé et on modifie les angles de débat le samedi, suite au match de L1 du vendredi soir. On s’adapte à ce qui passionne le plus nos téléspectateurs, on cherche à parler au plus grand nombre, on n’est pas sur C8 pour parler 4-4-2.

 

Vous êtes spécialiste foot, comment jugez-vous le début de la Ligue 1 ?

C’est à nouveau passionnant ! L’ogre parisien paraît moins stable que les saisons précédentes : beaucoup de changements dans l’effectif, un nouvel entraîneur, un recrutement moins cohérent depuis le départ de Leonardo, les autres équipes commencent à avoir moins peur. Monaco de retour, l’OL toujours là, Nice qui recrute très malin depuis 2 saisons, le show Dupraz à Toulouse, le retour de Ménez en France. Il ne manque que le retour de l’OM au premier plan pour mettre encore plus d’électricité dans l’air.

 

Paris champion, Monaco deuxième et Lyon troisième, ça va se finir comme ça ? 

Pas forcément ! C’est la magie du foot. C’est 11 contre 11, une équation avec beaucoup d’inconnues chaque week-end. Et ça permet de voir des choses fantastiques en Coupe de France. La logique voudrait PSG/ASM/OL, mais rien n’est logique dans le foot. Nice peut réaliser de grande chose si Balotelli continue de marquer à ce rythme-là. Quand on possède un buteur fiable en L1, on sait déjà qu’on fera une bonne saison. Paris pourrait avoir de gros soucis offensifs en cas de blessure de Cavani et de l’importance pour eux de la Ligue des Champions. L’OL va devoir bien gérer la Ligue des Champions et la cohabitation Houllier-Genesio, tout comme l’éclosion de jeunes du centre de formation qui poussent à la porte.

 

Dans l’équipe de « Touche pas à mon sport », qui est le meilleur pronostiqueur ? 

Bonne question ! Estelle se débrouille vraiment bien en tennis, même si elle voit à chaque fois Lucas Pouille l’emporter ! En boxe, je peux suivre Brahim Asloum les yeux fermés. Pour le foot ? Je dirais Gilles Verdez ! Surtout pas Francesca (rires) !

ESTELLE DENIS

Retrouvez Touche pas à mon sport le samedi à 17h10 sur C8 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *