Tu es ici
Accueil > Non classé > Entretien avec Wendy Bouchard : « OUI, je reste sur Europe 1… avec quelques petites nouveautés »

Entretien avec Wendy Bouchard : « OUI, je reste sur Europe 1… avec quelques petites nouveautés »

1496106_4666257_800x400
Wendy Bouchard, animatrice d’Europe 1 Midi sur Europe 1 et de Zone Interdite sur M6, parle sans langue de bois de sa vie, son métier et de ses envies.

Vous avez fait une licence d’histoire à la Sorbonne puis Sciences-Po, dans votre tête c’était le chemin pour devenir journaliste ?
Non. Je n’avais aucun chemin tracé. J’aimais les études, l’histoire, comprendre le monde qui m’entoure. Je me sentais novice et pas assez mûre pour affronter cela alors j’ai fait la Fac, Sciences Po et la révélation à l’école de journalisme. Je me suis dit vraiment que j’était dans mon élément et que j’avais trouvé mon métier.

En 2006, vous gagnez la bourse Lauga qui vous permet d’intégrer Europe 1, c’était un rêve d’enfant de rentrer sur cette radio à 26 ans ?
C’était un rêve d’adulte ! Mes parents écoutaient Europe 1 mais je lisais la presse et regardais les infos télé plutot que d’écouter la radio. C’est devenu plus tard une habitude, une nécessité. Europe 1 représentait cela dit depuis toujours cet esprit d’info impertinent et explicatif. Intelligent et convivial. J’aime beaucoup ce mélange.

Vous souhaitiez faire quoi toute petite ?
Jusqu’à 16 ans, je voulais être vétérinaire. Mais je n’étais pas assez douée en maths. Et puis je me disais que l’amour que je porte aux animaux était suffisant pour être une passion !

Etre une journaliste femme c’est plus compliqué qu’être journaliste homme ?
Je ne l’ai jamais vécu comme cela. Peut être plus difficile si l’on présente une matinale et qu’on est maman de concilier sa vie pro et privée. Mais aujourd’hui les femmes sont partout, y compris sur les terrains de guerre. Il faut dépasser l’idée du machisme ambiant !

Depuis 2006, vous travaillez pour Europe 1 et depuis septembre 2013 vous avez la tranche du midi, c’est votre idée Europe 1 Midi ?
Ça a été un bébé commun, à Fabien Namias (directeur d’antenne d’Europe 1) et à moi-même. Nous avons dessiné la tranche doucement, progressivement, et surement ! Je suis d’autant plus ravie que cette émission rallie de plus en plus d’auditeurs, car c’était un vrai pari.. nous sommes maintenant arrivés au million de fidèles !

Vous vous souvenez le jour où on vous a dit que vous alliez présenter Europe 1 Midi ? C’était où et comment ça s’est passé ?
C’ était au restaurant. Fabien Namias m’avait conviée pour discuter de la suite, en avril 2013. Et m’avait dit qu’il voyait une femme à la présentation de cette belle tranche de la mi journée. Il souhaitait que ce soit moi. J’ai tout de suite dit OUI malgré l’incertitude et le stress de l’inconnu ! Ce sont des propositions magnifiques qui ne se refusent pas !

Vous avez senti une pression supplémentaire sur vous ?
Bien sur. Les 3 premiers mois nous ne savons rien de l’audience (les audiences arrivent tous les trimestres). On navigue à vue. C’est à la fois exaltant et terrible car on ignore si cela prend ou pas dans l’auditoire. Ce furent les semaines les plus dures et les plus inconfortables. Aujourd’hui, j’ai toujours le stress du travail bien fait et de la progression, mais je sens que la formule fonctionne.

Vous gagnez 250 000 auditeurs sur un an, comment pouvez encore progresser ?
J’aimerais progresser régulièrement, par petite touche. Les auditeurs se gagnent un par un, progressivement. Mais gagner l’an prochain 250 000 auditeurs, c’est à notre portée. Il faut apporter de la pédagogie, de l’info, du clivage, de l’humeur. Nous avons pas mal d’idées pour cela avec mon équipe !

Vous restez donc sur Europe 1 avec cette émission à la rentrée ?
OUI et avec un immense honneur ! Et avec quelques petites nouveautés.

Vous animez aussi Zone Interdite sur M6, en quoi cette émission vous ressemble ? Elle me permet de suivre des sujets au long cours, ce qui n’est pas tout à fait l’option de la radio.. cela atténue donc un peu ma frustration… Les patrons de M6 m’ont appelée l’an passé pour apporter plus d’infos et ma griffe journalistique à ces enquêtes. J’essaie de le faire dans la mesure de ma liberté d’action !

Vous avez été contactée par d’autres chaînes ?
Je suis passée par le jeu récurrent des « pilotes » d’émission.. pour France Télévisions. J’ai un contrat qui me lie avec M6 et je suis fidèle !

Vous vous sentez mieux devant le micro d’Europe 1 ou devant la caméra de M6 ?
Je me sens très à mon aise devant le micro d’Europe 1 . J’ai grandi avec ces bonnes ondes et c’est un élément de liberté, de convivialité qui permet de jongler avec l’info avec une fluidité incroyable. La télé, c’est un univers fort, attractif, mais beaucoup plus lourd à gérer. J’aborde finalement 2 facettes très différentes du métier

Quels sont vos projets ?
Peaufiner l’émission au mieux. Europe Midi doit s’installer sur la longueur. C’est donc un vrai marathon.. Pour cela il faut que j’apprenne à dormir un peu plus pour garder les idées claires et le sens du rythme… M6 est aussi une grosse machine à gérer. Je ferai tout pour préserver ma vie privée, mon petit jardin secret dans le Tarn avec mes animaux, les moments doux en famille. C’est une exigence, c’est aussi peut être un peu ma force !

Avec Cyril Hanouna, il y a une certaine complicité lors du passage antenne, ça pourrait être votre style ?
Cyril est un garçon que j’admire beaucoup. Il a un vrai talent. Je n’ai jamais vu quelqu’un qui avait autant de réparti que lui, à part Jamel Debbouze et Laurent Baffie dans un autre univers ! Il sait où il va, il sait s’entourer. C’est un gros bosseur. On est complice mais on se voit très peu. C’est la magie de la radio.. créer une proximité très vite ! Je vais suivre avec plaisir sa nouvelle aventure sur Europe1, je sais qu’il sera parfait !

Interview thématique « C’est interdit »:

Interdit bancaire, ça vous ait déjà arrivée ? Jamais. Je ne fais pas mes comptes mais je sais quelle est la limite de mes économies !

L’endroit ou vous vous interdisez d’aller ? Ceux où je me sens un peu en danger. Rien de précis, mais je ne suis pas très aventurière

La chose à interdire quand vous êtes à l’antenne ? Dire tout haut ce que l’on pense tout bas et donner son avis, en somme !

La phrase interdite que vous prononcez tout le temps ? Fuck !

Vous avez déjà fait une chose interdite, hors la loi ? Téléphoner au volant… beaucoup trop souvent…

Une personne que vous vous interdisez de voir ? Personne jusqu’à présent ! Mais à l’avenir ceux dont je sais qu’ils n’apprécient pas de me voir. Ca ne sert à rien de se faire du mal.

L’aliment à interdire pour vous c’est … ? la tête de veau. Parce que je déteste les abats et que ca me fait de la peine d’imaginer ce plat !

Une chose interdite qu’il faudrait pour vous autoriser ? Pouvoir faire du cheval sur la plage

Top