Entretien avec Amaury Leveaux : « Je déteste tellement m’entraîner, je ne pense pas me remettre dans un bassin. »

477647_le-nageur-francais-amaury-leveaux-quadruple-medaille-olympique-aux-jeux-de-londres-2012

Amaury Leveaux est le nageur français qui nous a fait vibrer aux Jeux Olympiques de Londres avec une médaille d’or et une médaille d’argent.

Ce grand champion revient pour DirectNews sur sa carrière et son avenir.

Entretien

Amaury Leveaux, à quel age décide t-on d’être nageur professionnel ?

J’ai jamais vraiment voulu faire ça. Je vivais dans une cité où il y avait un peu de violence, c’était un milieu assez pudique. Quand je suis arrivé à la natation dans mon club, il n’y avait plus de pudeur. Cela m’a plu. Au fur et à mesure des médailles, j’ai voulu aller plus haut.

Quelles raisons vous poussent à aller dans le bassin ?

Sur 52 semaines dans l’année, il y a 30 semaines au soleil. En 14 ans de natation, je suis allé sur tous les pays. Il y a l’entrainement, il y a le groupe où l’on rigole beaucoup. L’entraîneur joue énormément aussi.

Vos parents avaient peur pour vous ? Peur de votre avenir car ce n’est pas facile de faire son trou dans ce milieu ?

Mon père est parti à l’age de 6 ans, il est revenu après vers moi. En 2002, je dis à ma mère que je voulais être nageur. Elle a eu peur mais elle a vu que j’étais déterminé. Je ne lui ai pas laissé le choix. Maintenant elle a des étoiles dans les yeux. Elle fait très attention à moi. Elle n’a jamais douté.

Vous connaissez beaucoup de succès avec une médaille d’or et d’argent aux J.O de Londres, deux médailles d’argent aux J.O de Pékin.

Vous pensez à quoi quand vous êtes au bord de la piscine lors d’une finale olympique ?

Il y a la chambre d’appel où là on pense à pleins de trucs. Mais après, quand on est près de la piscine, on entend plus rien sauf notre cœur qui bat.

Comment vous vous préparez à ce genre d’événements ? Vous avez une préparation mentale spécifique ?

En 2008, j’ai eu un préparateur mental. On a fait 1 ou 2 séances et j’ai été convaincu. C’est de la visualisation, pour ne pas penser à ce qui va se passer après. En 2008, je pensais trop à ce qu’il pouvait y avoir après la course. J’ai gardé Nicolas Clémence pendant un an, j’ai pris ce que j’avais besoin.

Une journée type pour un nageur, ça correspond à quoi ?

Complètement pourrie mdr, l’entrainement est devenu spécifique. Chaque entraîneur a sa façon de faire. Philippe Lucas c’était 22 kms par jour, 6h dans l’eau et 1h de musculation. Après j’allais à la buvette prendre un verre de rosé quand d’autres rentraient chez eux dormir.

L’année dernière, vous avez décidé de mettre un terme à votre carrière, les compétitions ne vous attirent plus ?

Les compétitions ça attire, il y a de l’adrénaline. Après l’entrainement, ça ne manque pas. Je ne me vois pas revenir.
Ça m’a traversé l’esprit en début d’année. L’assistant de Bob Bowman, Fernando, a voulu m’attirer aux Etats-Unis pour que je revienne.
Je déteste tellement m’entraîner, je ne pense me remettre dans un bassin.

Les questions de Nelson Monfort ne vous manquent pas ?

Non, je le vois assez souvent donc ça va. Ça ne manque pas.

Vous allez faire quoi maintenant ? Consultant pour la télévision ?

En ce moment, je fais les grandes gueules du sport sur RMC. Je re-signe en septembre. Après je travaille sur Bein Sports dans Sport Night avec Darren Tullet. J’ai demandé à Bein de travailler pour eux, Nasser Al-Khelaïfi (le patron de Bein Sports) me connaissait un peu. Il me l’a proposé après. D’ailleurs, Bein est en train de racheter des compétitions de natation.

Selon une interview, votre rêve est de fonder une famille, c’est une chose faite maintenant ?

Quand le mec m’a fait l’interview, je venais de perdre mon père. Le journaliste a complètement abusé. Il était au rosé avec moi mais il n’a pas tenu le choc.

Vous avez encore des liens avec la fédération française de natation ?

J’ai été invité par la Fédération quand je n’étais plus nageur. Ils voulaient juste savoir si Bein allait racheter des compétitions.

Interview : Dans la piscine

Avec qui aimeriez vous disputer un 50 mètres ? Avec mon moi qui ne doute de rien.

Quel nageur français fait le plus de bêtises dans le bassin ? C’était moi, Pierre Richard. Tous les nageurs me disent que je leur manque.

Quel personnalité aimeriez vous faire sauter du 5 mètres ? Louise Bourgoin.

La plus grosse honte que vous ayez eu dans une piscine ? A Chalon, j’avais une combinaison. J’avais fait le 100m papillon. On m’avait dit de ne pas mettre de maillot en dessous. Quand je suis sorti, j’ai voulu enlever le maillot tellement j’avais l’habitude d’en avoir un. Et je me suis retrouvé la combinaison aux genoux, sans rien en dessous.

Si on vous offre Loana dans une piscine, vous prenez ou pas ? Jamais de la vie. Même pas en rêve.

Philippe Lucas, il sait vraiment bien nager ? Je l’ai jamais vu dans l’eau.

Votre pire maillot de bain, c’était quoi ? Quand j’étais petit, c’était un maillot de bain parachute. A la Gad Elmaleh.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *