Tu es ici
Accueil > Non classé > Emmanuel Orhant : « Si un joueur se blesse, c’est de la faute du staff dans sa globalité. »

Emmanuel Orhant : « Si un joueur se blesse, c’est de la faute du staff dans sa globalité. »

B6MC9NzCAAAMxjp

Emmanuel Orhant est le responsable médical de l’Olympique Lyonnais. Dans les prochaines semaines, il va rejoindre la fédération française de football.

Il nous a accordé une interview :

Comment devient-on médecin de l’Olympique Lyonnais ? 

J’étais le médecin de Lille grâce à Claude Puel. Claude Puel a rejoint Lyon et je suis venu avec lui. Avant, j’ai fait des études de médecine à Rennes, puis la médecine du sport à Blois. J’ai rejoint l’équipe de France d’aviron et après Lille cherchait un médecin, j’ai postulé et j’ai rejoint le LOSC.

Vous continuez à grandir puisque vous allez rejoindre la Fédération Française de Football, en quoi consiste votre nouveau poste ?

Je vais gérer la gestion médicale de la Fédération Française, ça comprend les jeunes, l’Equipe de France A et les féminines. C’est la gestion des campagnes nationales, des projets nationaux. Je vais aussi m’occuper du développement de Clairefontaine.

Je serai aussi l’un des médecins de Clairefontaine.

Comment en êtes-vous venu à rejoindre la Fédération ?

A la base, je travaillais en tant que président de l’association des médecins de clubs. L’ancien directeur médical national est décédé. La Fédération cherchait un remplaçant et nous nous sommes rapprochés. J’ai démissionné de mon poste à Lyon en décembre pour rejoindre la Fédération. Je suis toujours à Lyon en attendant un remplaçant.

Comment s’organise votre journée type à Lyon ?

J’arrive de très bonne heure pour gérer la partie administrative, les dossiers médicaux des joueurs, les stats concernant les blessures, l’analyse des données physiologiques avec les préparateurs physiques juste avant l’arrivée des joueurs.

Après, on gère les pépins et on essaye de trouver des solutions pour les joueurs blessés avec l’entraîneur et le préparateur physique. Après l’entrainement, je gère les soins, il faut une gestion parfaite avec chaque joueur pour trouver la meilleure récupération possible. J’effectue aussi la gestion des repas. Le même programme se répète l’après midi avec en plus des examens médicaux.

Quels sont vos relations avec les joueurs ? Comme un ami ? 

Non surtout pas, aucune relation amicale. Je ne sors jamais avec un joueur. Je ne mange pas avec les joueurs en dehors. Je suis leur confident quand ils ont besoin de se confier. Je m’assure qu’il n’y a pas de problèmes dans le domaine médical et psychologique. Ce sont des collègues de travail. Il y a des joueurs qui me vouvoient surtout les jeunes. Je ne suis pas quelqu’un de très simple au premier abord, je n’ai pas envie d’être leur copain, je suis là pour travailler avec eux. Il doit y avoir un respect mutuel.

Sur le terrain, c’est vous qui décidez de sortir un joueur ?

C’est une décision commune, le joueur a sa sensation. Je peux dire à l’entraîneur de faire chauffer quelqu’un. On prend la décision ensemble, on essaye de gagner un peu de temps pour l’entraîneur. Sur le terrain, on est un peu malin afin de trouver un compromis pour gagner du temps en attendant que l’autre joueur se chauffe malgré la pression de l’arbitre.

Comment avez-vous vécu les critiques sur votre travail à travers les réseaux sociaux ? 

Cela ne me touche pas, ils sont dans leur droit, je veux être juger sur ma qualité de médecin. Les gens se trompent parfois, je n’ai jamais blessé un joueur. Si un joueur se blesse, c’est de la faute du staff dans sa globalité.

Des fois, je dis que ce joueur ne devrait pas jouer et l’entraîneur prend une autre décision.

La plupart du temps, je ne me sens pas visé par les critiques car les supporteurs n’ont pas toutes les informations.

On n’a pas plus de blessés à Lyon qu’ailleurs. Je suis plus déçu pour mes enfants. C’est l’une des raisons qui m’a fait quitté le club. Il y a beaucoup de pression quand on est à l’Olympique Lyonnais.

Ce qu’il se passe avec Jérémy Morel (il a reçu des menaces de mort concernant sa famille) n’est pas honnête, c’est triste de critiquer des gens sans savoir.

Comment a réagi l’Olympique Lyonnais suite à votre départ ?

Depuis que j’ai démissionné, beaucoup sont déçus que je parte et pourtant je n’ai pas beaucoup d’amis.

Top