Tu es ici
Accueil > Non classé > Anthony Mounier : « Oui, un retour à Lyon est possible »

Anthony Mounier : « Oui, un retour à Lyon est possible »

1357961-29153124-1600-900

Anthony Mounier est le 4 ème fournisseur d’occasions en Europe. Il fait une très bonne saison avec Montpellier (7 ème de Ligue 1).

Retour avec lui sur son parcours, sa saison et son avenir.

Vous arrivez à l’Olympique Lyonnais à l’âge de 11 ans, comment se passe votre recrutement si jeune dans un aussi grand club ?

Je suis de la région de Valence à côté de Lyon, un jour j’étais invité à une détection à l’âge de 10 ans sur un centaine de joueurs du coin. A la fin d’une détection, on reçoit un courrier pour savoir si on continue jusqu’à ce qu’il en reste 4 ou 5 pour intégrer la pré-formation à Lyon.

Je n’ai pas pu intégrer tout de suite car j’étais un peu jeune donc la première année, je montais tous les mercredis pour faire les entraînements avec les jeunes de l’Olympique Lyonnais pour avoir le rythme.

A partir de l’année suivante, j’ai pu intégrer la pré-formation avec l’internat en classe de 5ème.

A Lyon, vous ne jouez pas beaucoup. Cela reste une belle expérience ?

Ça reste une belle expérience car c’est mon club de cœur, de formation. J’avais une rêve, c’était de signer pro et de jouer sous les couleurs de l’Olympique Lyonnais. J’ai réussi à le faire. A l’époque où j’étais à Lyon, c’était difficile de jouer pour les jeunes même si j’ai réussi à faire quelques matchs. La politique du club était différente d’aujourd’hui. Il y avait des internationaux à tous les postes même au niveau des remplaçants. Les matchs que j’ai pu faire à Lyon m’ont permis de me faire transférer à Nice.

Vous arrivez à Nice en 2009. Vous vous imposez dans la formation niçoise. Tout se passe bien. En 2012, vous partez pour Montpellier.

Pourquoi ce départ ?

J’avais fait 3 ans à Nice dont 2 très bonnes saisons. Je voulais partir, voir autre chose. Il y avait aussi l’aspect financier au sein de l’OGC Nice. Le club avait besoin de vendre. Tout était réuni pour que je puisse partir.

Il y a eu l’opportunité Montpellier. Le club venait d’être champion de France. Il y avait la Ligue des Champions donc c’est un bon choix de ma part.

Vous avez déclaré : « Je n’ai pas compris pourquoi on m’avait fait venir à Montpellier ». Aujourd’hui, vous êtes dans quel état d’esprit par rapport à ça ?

J’ai eu une fois ou deux Réné Girard (entraineur de Montpellier à l’époque) au téléphone, ça c’était bien passé. Quand je suis arrivé à Montpellier, j’ai été blessé assez rapidement et après pour revenir c’était assez difficile. Il y avait un groupe qui était en place. Il n’y avait pas de concurrence. Les joueurs, qui avaient gagné le titre de champion de France, bénéficiaient d’un crédit inépuisable comme dans les jeux vidéos. Ils avaient des vies comme ils le voulaient. Quand j’avais le sentiment de faire des bons matchs, je sortais à la 60ème et le match d’après, je ne jouais pas. C’était difficile à vivre.

Maintenant, ça a changé. Rolland Courbis a su me redonner confiance. Je pense être meilleur par rapport à l’époque de Nice.

Marseille était intéressé pour vous prendre lors de votre transfert à Montpellier ?

Oui, il y avait l’opportunité Marseille. Le problème, c’est qu’il n’avait pas encore d’entraîneur. Moi, je voulais être assez vite fixé. J’avais vécu un premier transfert difficile car j’avais été transféré le 31 août. Je n’avais pas fait la préparation avec le club niçois. C’est pour ça que je voulais être fixé assez rapidement cette fois-ci.

C’est peut-être une erreur de ma part. En attendant un petit peu, j’aurais peut-être eu d’autres opportunités. Je pense que Montpellier est une bonne étape pour ma progression. Ce n’est pas un grand grand club, c’était un bon club qui venait d’avoir le titre et qui jouait la Ligue des Champions.

Maintenant, c’est Montpellier. Vous faîtes une belle saison avec 6 buts et 5 passes décisives en 23 matchs de Ligue 1.

Au classement, vous êtes encore en lice pour une coupe d’Europe. C’est votre objectif ?

Je pense que je fais une bonne saison, je me sens bien et j’ai la confiance de l’entraineur même collectivement on fait une belle saison. On est 7ème, il n’y a pas beaucoup de gens qui auraient misé sur nous à cette époque là de la saison. Je pense qu’on est capable de faire de bonnes choses. On peut viser le top 6, être dans les 8 premières places, ça serait bien pour le club après un intersaison où le club a perdu Rémy Cabella et Benjamin Stambouli.

On n’est pas loin d’une coupe d’Europe mais il reste encore du temps. Aujourd’hui, on n’y pense pas forcément. Si on a toujours cette place là lors de la 32 ème journée, on pourra la viser.

Aujourd’hui, on n’y pense pas, on prend du plaisir à jouer. J’espère qu’on va continuer et obtenir des bons résultats.

Rolland Courbis est un personnage du football. Ça se passe comment une séance d’entraînement avec lui ou une causerie ?

C’est spécial, le coach a une image de meneur de groupe, de pompier de service mais il connait très bien le football. Les causeries sont différentes des autres entraîneurs. Chaque entraîneur a sa manière. Rolland Courbis est très fort sur l’aspect psychologique, pour nous motiver. En plus de ça, il connait énormément le ballon.

Vous êtes de retour pour le match contre Monaco après une grippe ?

C’est bon, je suis de retour. J’ai repris l’entrainement en début de semaine un peu affaibli. Ça sera bon pour ce week-end.

Pour être titulaire ?

Je postule à une place comme le reste de l’équipe, c’est le coach qui décide. Je me sens bien, ça m’a fragilisé pendant 4-5 jours mais là physiquement, je me sens mieux donc samedi ça devrait aller.

Pour Canal +, vous êtes le 4ème fournisseur d’occasions en Europe derrière Ronaldo, Messi et Fabregas.

Vous êtes prêt pour jouer dans un club qui dispute la Ligue des Champions ?

Je ne sais pas si je suis prêt mais ça serait un rêve de jouer la Ligue des Champions. Je n’y croyais pas quand on m’a dit la statistique. Cela prouve que je réalise une belle saison. C’est encourageant, ça fait plaisir d’avoir des classements comme celui là et de voir un « petit » joueur de Ligue 1 avec des talents comme Messi, Ronaldo et Fabregas.

Ça me force à continuer mon travail.

Vous allez faire quoi en fin de saison ? Un retour à Lyon est possible ? Un championnat étranger ?

En fin de saison, je vais partir en vacances (rire). Il me reste un an de contrat forcément il y a un moment où il faudra se poser les bonnes questions avec les dirigeants.

Oui, un retour à Lyon est possible. Ce n’est pas quelque chose qui me dérangerait de revenir dans mon club formateur, je connais bien les gens qui sont en poste actuellement à l’Olympique Lyonnais. Après, il reste à voir ce que l’Olympique Lyonnais veut faire. Moi, je ne suis pas contre un retour.

Si un jour, j’ai la chance de pouvoir revenir et que tout le monde est content, pourquoi pas. Aujourd’hui, Lyon a des bons joueurs, le club va jouer le titre cette année et va sûrement décrocher une place en Coupe d’Europe donc peut-être que l’Olympique Lyonnais sera intéressé par des joueurs plus jeunes.

Vous n’êtes pas très vieux 

(rire) Non, je ne suis pas vieux mais les années passent.

Vous avez encore 5-6 ans devant vous

Oui, j’espère et pourquoi pas plus.

Concernant un départ à l’étranger ?

En France, je suis bien mais je pense qu’en Ligue 1, j’ai fait le tour. Je ne serais pas contre une expérience à l’étranger. J’ai 27 ans, c’est intéressant de goûter à un championnat étranger. Ça pourrait être une bonne chose pour ma famille.

J’ai recherché votre trace sur les réseaux sociaux et rien. Pourquoi n’êtes-vous sur Twitter ou Facebook par exemple ?

Je n’ai rien du tout. J’ai jamais été dessus avant même d’être joueur professionnel. Je ne voyais pas l’intérêt d’aller dessus. J’aime bien me protéger vis à vis de ma famille. Je ne suis pas fan des réseaux sociaux.

Le foot pour vous :

Le meilleur joueur de Ligue 1 pour vous : Alexandre Lacazette. Je l’ai connu même si il était un peu plus jeune. Il marchait déjà très fort

Le joueur le plus drôle : Ezequiel Lavezzi, il a l’air d’être marrant.

Le joueur le plus chambreur : Zlatan Ibrahimovic, sur le terrain il n’est pas méchant, il a une image, il se protège un peu.

Le footballeur ou entraineur le plus langue de bois : Joker

Le meilleur commentateur : Eric Carriere

Le joueur / entraineur le plus sexy : David Beckham

Le joueur le plus fou : Ezequiel Lavezzi avec Marco Verrati

Le joueur qui pourrait remplacer Paganelli : Ludovic Giuly, ils font la même taille (rire).

 

Top